Les huit piliers du yoga

Je vous propose de découvrir dans les deux prochains articles, la base d’un système philosophique connu en yoga et censé guider vers une vie harmonieuse avec soi et avec les autres.

Comme j’ai pu l’aborder dans un précédent article, la pratique du yoga est une réelle philosophie de vie qui permet d’amener selon les mots de B.K.S. IYENGAR « la santé du corps et la paix de l’esprit » Mais souvent quand on pense au yoga, on visualise des postures comme dans les magasines ou à la télévision et on se dit que le yoga, c’est juste ça. Mais en réalité, c’est bien plus. Il existe huit étapes dont celle de la pratique des postures. C’est dans les écrits de Patanjali « les yogas sûtras » que sont décrits ces piliers comme des moyens de « réaliser le yoga »; on parle en sanskrit (langue ancienne utilisée notamment dans les textes sacrés hindous) de sadhana (= pratique assidue). Aussi le yoga est un cheminement qui passe par ces étapes afin d’aller vers la réalisation de soi et donc pour se sentir pleinement en harmonie grâce notamment à un discernement éveillé.

Comme une fondation, une base solide, il y a les deux premiers piliers du yoga, qui sont les yamas et les niyamas.

  1. Les yamas correspondent à la discipline sociale (ou morale). C’est en quelque sorte adapter son comportement afin de respecter au mieux les autres et la vie en société. Selon Patanjali, cette conduite avec les autres passe par :
    • la non -violence, physique mais aussi dans les propos ; Ahimsa en sanskrit, qui est une notion que Gandhi a repris dans sa philosophie
    • la sincérité / vérité – Satya
    • la non-convoitise – Asteya . vivre sa vie honnêtement, sans voler
    • la modération – Bramacharia , être dans la retenue.
    • La non-possessivité – Aparigraha. C’est ne pas être cupide et ne pas chercher à tout tirer à soi.

Cela correspond finalement à de grands préceptes moraux que l’on retrouve de manière universelle et que l’on peut appliquer dans le vie de tous les jours mais aussi sur son tapis, par exemple en étant sincère avec soi-même et avec les autres dans les postures.

  1. Les niyamas correspondent à l’observance. Là où les yamas sont des réfrènements pour harmoniser les rapports avec les autres, les niyamas sont « de forme positive et constructive  et visent à l’organisation de la vie intérieure » selon Tara Michael. Il s’agit  ici de règles de conduite pour soi-même. Il y en a principalement cinq :
    • La pureté Sauca. Il s’agit ici de la propreté corporelle externe et interne (des organes)
    • Le contentementsantosha. C’est-à-dire se satisfaire pleinement de ce que l’on possède  et de ce que l’on est.
    • L’ardeur ou l’austéritéles tapas. Cela correspond à l’effort sur soi pour atteindre ces buts
    • L’étude de soisvadihyaya
    • La dévotion à dieuishwarapranidhana. Quelque soit son Dieu ou sa vérité. C’est en quelque sorte l’abandon à ce qui est supérieur, accepter ce qui est tel que c’est.

Si cela vous intéresse, vous pourrez découvrir les autres piliers la semaine prochaine dans le prochain article. N’hésitez pas à commenter sur ce que ces étapes vous inspire, il y a beaucoup à dire, à réfléchir, à valider ou à remettre en cause …

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :